vendredi 27 juillet 2012

Point sur les prestataires


Le saviez-vous ? Nous avons terminé l’année 2011 avec 522 prestataires, qui auront coûté près de 70 millions d’euros !
C’est quand même 162 de plus qu’à fin 2010, une année pour laquelle on pouvait comprendre un recours massif, mais ponctuel, à la main d’œuvre externe, compte tenu des travaux liés à la fusion.
Mais à fin 2011, qu’est ce qui pouvait bien justifier la présence de 522 prestataires dans les effectifs ?

Il faut d’autant plus se poser la question que ces prestataires, qui représentaient à fin 2011 plus d’un tiers de l’effectif permanent, représentent un coût sur l’année 68,9 millions d’euros (une année débutée avec « seulement » 359 prestataires). Cela donne une idée du coût moyen d’un prestataire en année pleine…

Avec à elle seule 352 prestataires fin 2011 (pour 218 salariés en CDI !), la Direction des Opérations est la principale responsable de cette inflation des prestataires, alors que le projet Efficacité de l’Organe Central visait notamment à réduire les coûts en lien avec le recours aux prestataires externes.

On comprend mieux, au regard de ces chiffres, les questions que les collaborateurs de BPCE SA se posent.
Car non seulement la présence massive de prestataires externes, souvent corvéables à merci, accroit la pression sur les épaules des salariés en CDI, qui se sentent obligés de « tenir les cadences » de leurs collègues externes ; non seulement ils se sentent observés et parfois jugés par ces collègues prestataires qui occupent parfois des fonctions de coordination ambigües et qu’on pourrait confondre avec un positionnement de manager (et donc avec lien de subordination hiérarchique), d’où un climat de suspicion ; mais en plus, ils vivent dans l’incertitude et s’interrogent sur la pérennité d’un certain nombre d’activités, de projets, de fonctions. Car si la Direction choisit de faire appel à des prestataires plutôt qu’à des embauches, c’est que ces activités, ces projets, ces fonctions n’ont pas vocation à perdurer. Ou alors, c’est que la Direction ne sait pas très bien où elle va…

Et on ne peut pas compter sur une amélioration en 2012, puisque le budget de la Direction des opérations prévoit d’accroitre encore de 5% les charges liées aux prestataires externes !

Mais à ce stade, plutôt que s’interroger sur les aspects budgétaires, c’est sur le coût et les conséquences sociales qu’il faudrait que la Direction réfléchisse…

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire