mercredi 19 septembre 2012

Il y a formation... et formation !

Les progrès de la technologie ne profitent pas toujours aux salariés...
Il fut un temps où, lorsqu'on bénéficiait d'une formation, on effectuait un stage à l'extérieur de l'entreprise. Outre le contenu de la formation, il était valorisant et enrichissant pour le salarié de quitter son lieu de travail, de se consacrer pleinement à sa formation et éventuellement de rencontrer des personnes d'autres directions, d'autres services, voire d'autres entreprises.

Aujourd'hui, cela devient de plus en plus rare. Pourquoi ? Parce que les e-learnings et autres classes virtuelles ont remplacé ces formations traditionnelles, "à l'ancienne".

L'ancien avait parfois du bon, pourtant... Car aujourd'hui, à quoi ressemble une de ces soi-disant formations ? On reste dans son open-space, dans le meilleur des cas avec un casque sur la tête pour tenter de s'isoler... on consacre péniblement une ou deux heures, parfois une demi-journée de son temps, interrompu par des collègues qui, évidemment, ne savent pas qu'on est en "formation"... quand on ne prend pas en partie sur sa pause méridienne pour bénéficier d'un peu de calme. Quant à ceux qui ont la chance d'avoir une "vraie" formation, assurée par un "vrai" formateur dans les locaux de l'entreprise, il leur faut une bonne dose de volonté pour résister à l'envie, ou à la pression, qui va les pousser à retourner à la moindre occasion vers leur poste de travail pour s'assurer qu'aucune catastrophe n'a eu lieu en leur absence...

C'est ainsi qu'on est formés, désormais.Et attention quand même, car si après une de ces "formations", vous n'êtes pas plus performant, on risque de vous le reprocher !

Pendant ce temps, les "élus" choisis pour constituer le vivier de nos futurs dirigeants bénéficient de formations toujours plus prestigieuses, généralement couronnées par un séjour (pardon, un voyage d'études...)  à l'étranger ! Sans doute afin de commencer à les habituer à leurs futurs privilèges ?






1 commentaire:

  1. C'est curieux que notre employeur n'ait pas encore pensé au e-lunching...

    RépondreSupprimer