jeudi 6 septembre 2012

La Caisse d'Epargne Rhone-Alpes condamnée

"L'organisation collective de travail basée sur le benchmark compromet gravement la santé des salariés de la CERA".

C'est par ces mots que débute le jugement rendu par le Tribunal de Grande Instance de Lyon, qui "fait défense à la CERA d'avoir recours à une organisation de travail fondée sur le benchmark", au motif notamment que l'employeur doit prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs.

Le benchmark mis en place dans cette Caisse il y a quelques années à l'initiative d'Olivier Klein est ainsi décrit dans le jugement :
Aucun objectif n'est imposé officiellement ni aux agences, ni aux salariés ; le seul objectif qui existe est de faire mieux que les autres, ainsi nul ne sait à l'issue d'une journée donnée s'il a ou non correctement travaillé, puisque la qualité de son travail dépend avant tout des résultats des autres ; avec un tel système tout est remis en question chaque jour ce qui  créé un stress permanent, d'autant que les outils informatiques permettent à tout le monde de suivre en direct, depuis chaque poste, ce que fait chacun des commerciaux de toute la banque.

La Caisse d'Epargne aurait décidé de faire appel de cette décision. Affaire à suivre, donc... mais la position du Tribunal - que l'UNSA approuve totalement - semble très claire !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire