vendredi 26 octobre 2012

Vous n'êtes pas seul...

(Source : La Tribune du 24/10/2012)
Comme chaque année depuis 2009, Malakoff Médéric a publié les résultats  de son étude sur la qualité de vie et la santé des salariés français. Des résultats qui font peur, d’autant qu’on constate une nette dégradation sur la plupart des items par rapport à l’année précédente….
-           40% des salariés ont vécu une réorganisation en 2012 dans les entreprises de plus de 500 personnes
-          64% des salariés ont le sentiment que leur travail est de plus en plus haché
-          35% des salariés ont de plus en plus de difficultés à gérer leurs priorités
-          35% des salariés ont le sentiment de perdre en autonomie et en pouvoir de décision
-          37% des cadres ont du mal à concilier vie professionnelle et vie personnelle
-          48% des salariés disent ressentir une fatigue physique au travail
-          69% des salariés (74% pour les cadres) estiment que leur travail est nerveusement fatigant

Si vous estimez être dans un ou plusieurs des cas évoqués ci-dessous, vous pouvez voir que vous n’êtes pas seul…
C’est la raison pour laquelle l’UNSA se bat chaque jour :
-          contre les réorganisations inutiles,
-          contre les modes de fonctionnement qui déstabilisent et déresponsabilisent les salariés,
-          pour fixer des cadres qui définissent des limites claires à la durée du travail et à la séparation entre vie professionnelle et vie privée,
-          pour que les salariés bénéficient de conditions de travail adaptées,
-          pour que les charges de travail restent dans des limites raisonnables,
-          pour que le travail garde un sens.

jeudi 25 octobre 2012

Réunion du CE du 25 octobre - déclaration du Secrétaire du CE

Nous avons reçu mardi dernier le flash RH «Enquête « BPCE, c’est nous ! » Déploiement des plans d’action ».
Au-delà d'une anecdote qui laisse penser qu’un enseignement important de cette enquête est la création de trombinoscopes, il est indiqué que les plans d'action des directions ont été présentés aux IRP (instances représentatives du personnel) ! Mensonge !
Après de vaines recherches, force est de constater que les IRP en question, comme le Comité d’entreprise, ont été en réalité frustrées de ces présentations. En effet malgré les nombreuses demandes la seule réponse qui a été faite en son temps par l’employeur est la suivante : des plans d'action sont élaborés ou en cours d’élaboration, ils concernent chaque direction, il est de la seule responsabilité des directeurs de les élaborer, de les mettre en place et de les présenter à leurs collaborateurs par tout moyen, mais il n'est pas envisagé de les présenter aux IRP et en particulier au Comité d’entreprise.
Soit dit en passant ni le CHSCT ni les DP n'ont été privilégiés et restent tout aussi frustrés.
Nous demandons qu'un démenti sur ce sujet soit publié par l’employeur dans les meilleurs délais.
Nous demandons également que ces plans d’action soient réellement présentés aux IRP et qu’un point d’avancement soit également fait.

mercredi 24 octobre 2012

PERCO : des négociations en demi-teinte

L'employeur a présenté la semaine dernière ses propositions en vue de la mise en place d'un PERCO pour les salariés de BPCE SA. Il s'agirait d'adhérer au PERCO-I (Interentreprises) auquel ont déjà souscrit deux Banques Populaires et deux Caisses d'Epargne. Ce PERCO-I pourrait être alimenté de toutes les manières autorisées par la réglementation, dont le transfert de jours du Compte Epargne Temps. Les versements sur le PERCO-I bénéficieraient du même abondement que ceux effectués sur le PEE, mais sans possibilité de cumul (l'abondement restant plafonné à 2250 € au global).  Par ailleurs, un abondement spécifique de 20% serait mis en place pour les versements effectués sous forme de transfert de jours du CET.

On peut regretter que cette possibilité de transfert de jours du CET soit limitée aux jours de l'année en cours et ne soit pas ouverte aux jours actuellement en "stock" (il y en a environ 40 000 !) sur les CET des salariés.
Par ailleurs, l'abondement spécifique proposé n'est que la transposition de l'abondement déjà prévu dans le cas de la liquidation de ces jours au moment du départ à la retraite...

Dans ces conditions, le PERCO-I perd beaucoup de son attrait. A moins que l'employeur décide de donner un petit coup de pouce en faveur de l'épargne retraite, par exemple sous forme d'une "bonification" de l'abondement ?

mardi 23 octobre 2012

Flash RH : les bras nous en tombent !

Ce matin, un Flash RH nous annonce fièrement le déploiement des plans d'action consécutifs aux résultats de l'enquête "BPCE, c'est nous" menée en début d'année.

On y apprend que des plans d'action ont été présentés aux instances représentatives du personnel... Il faudra  que la DRH nous explique lesquelles, car nous n'avons aucunement été informés ! Et beaucoup plus inquiétant, ces fameux (mais mystérieux) plans d'action seraient même "aujourd'hui en cours de mise en oeuvre". Généralement, dans ce cas là, on craint le pire...

Heureusement, la suite du Flash RH nous rassure un peu, puisque les actions proposées comportent notamment la création de trombinoscopes et de répertoires partagés. Ca, c’est du plan d’action ! On comprend pourquoi certains ont pu hésiter à les soumettre aux instances représentatives du personnel...

Quoi qu’il en soit, il ne semble pas y avoir urgence, puisque la DRH nous annonce un point sur l'avancement des projets au printemps 2013 et une nouvelle enquête en 2014. Pour mesurer la satisfaction des salariés concernant les trombinoscopes ?

jeudi 11 octobre 2012

Lean Management : BPCE sur les traces de Toyota ?

On s'en doutait mais cela nous a été confirmé lors de la réunion du Comité d'entreprise du 27 septembre : la méthodologie d'optimisation de processus "Lean" est bien déployée dans le groupe. Dix projets ont déjà été menés et une trentaine seraient en cours de réalisation. Un d'entre eux concerne BPCE SA et un autre BPCE Achats. L'UNSA sera bien entendu particulièrement vigilant sur le déroulement et les éventuelles conséquences de ces projets sur les salariés concernés. Quant à la direction, elle ferait sans doute mieux de s'interroger sur le bien fondé et l'efficacité de cette méthodologie inventée par Toyota, qui a sans doute réalisé beaucoup d'économies grâce au Lean Management, mais qui  est désormais surtout célèbre pour ses rappels de véhicules défectueux : plus de 16 millions depuis 2009 !

lundi 8 octobre 2012

Petites phrases en "off"...

D'après un article de Challenge.fr, voici ce que disent certains dirigeants de banques françaises lorsque les micros sont coupés (avec quelques commentaires de notre cru en rouge)... Edifiant !
"C’est chaque fois pareil, quand un nouveau gouvernement arrive, il veut changer le calendrier des vacances scolaires et le Scellier, et en fait, rien ne change. Un peu comme un patron de Banque juste après sa nomination ?
"HSBC, quand il y aura une bonne crise immobilière en Chine, ils feront moins les malins." Dixit un dirigeant de Banque bien mouillée dans les subprimes, sans doute…
"La banque de détail, ça va être un massacre dans les dix ans qui viennent. Je n’ai aucune idée de ce que je vais faire de mes gars dans les agences." Les inciter à se syndiquer, peut-être ?
"Bâle III ? C’est tout con, avant quand on avait 38,5°C on ne pouvait pas sortir, maintenant, quand  t’as 37,3°C,  tu  ne  bouges pas. Pourquoi ? Parce que c’est comme ça." Bâle, Bâle 2, Bâle 3 … c’est comme les films. Les suites sont moins bonnes que l’original !
"Un bon trader est un trader mort." Un dirigeant de la Société Générale, peut-être ?
"Les francs-maçons ? Tant qu’ils font leurs conneries le soir ou en dehors des heures de travail, je m’en fous." L’auteur de cette déclaration est activement recherché depuis…
"La Banque Publique d’Investissement ? Si on régionalise le bouzin, ça va être un bain de sang de soutiens abusifs et de pertes sèches." Alors que si on ne régionalise pas, seuls les parisiens profiteront du bouzin. Egoïste !
"Les mutualistes, ils ont l’air sympa, mais il vaut mieux sortir à reculons si on ne veut pas se retrouver avec un couteau dans le dos en arrivant à l’ascenseur." Ca, ça ne peut venir que d’un ancien mutualiste !
"Les petits actionnaires, c’est les plus emmerdants. Ils posent tout un tas de questions, c’est tout juste s’il ne faut pas leur sortir notre comptabilité analytique. Qu’ils achètent plus d’actions, et on leur répondra." Tous ces pauvres qui essaient de jouer avec les riches, c’est insupportable. Mais encore quelques efforts et ils auront quitté la bourse…
"Chez nous on est mauvais sur le nombre de femmes à des postes de responsabilité, en revanche - et je ne fais aucun rapprochement - sur les handicapés, on est très bons." " Et je ne fais aucun rapprochement"... Non, ce n'est pasun rapprochement, juste une association d'idées !  


mardi 2 octobre 2012

Pas de risques inutiles...


Comme le rappelle un article du Parisien du 1er octobre, 63% des salariés passent ou reçoivent des appels en voiture lors de déplacement professionnels.

D'après la Sécurité routière, téléphoner au volant multiplie par trois le risque d'accident. Beaucoup pensent que l'utilisation d'un kit "mains libres" réduit ce risque, mais c'est sans compter avec l'attention portée à la conversation. Comme par exemple lors d'une discussion un peu tendue avec votre patron, ou avec un client , un fournisseur ou encore un partenaire.

D'après l'auteur de l'article, la responsabilité de l'employeur peut être mise en cause dans la cadre d'un accident de la route impliquant un salarié en conversation avec l'entreprise... mais cela vous ferait une "belle jambe", après un accident...

Certaines entreprises, dont les collaborateurs passent beaucoup de temps en voiture, ont mis en place des mesures visant à interdire l'usage du téléphone à titre professionnel au volant. Ce n'est peut être pas indispensable chez BPCE mais... soyez prudent quand même. Même à l'occasion d'un trajet domicile / travail, cela peut être dangereux. Répondre au téléphone, lorsque vous êtes en voiture, n'est en aucun cas une obligation !