lundi 7 janvier 2013

Les vœux de l’UNSA pour BPCE SA en 2013 : plus de solidarité

2013 risque fort d’être une année difficile, comme l’indique le budget voté fin 2012 en Conseil de Surveillance.

Est-ce une raison pour que les salariés en fassent les frais ? Nous ne le pensons pas.
En 2013 , les salariés vont devoir faire plus avec moins : moins de moyens financiers pour les projets des différentes Directions (-12%), moins de moyens humains (1 départ sur 3 non remplacé), moins de moyens informatiques (puisqu’il va falloir faire des économies).
Pourtant à ce jour, à notre connaissance, il n’est pas prévu de réviser à la baisse les missions de l’Organe Central, qui va donc continuer comme si de rien n’était à jouer son rôle pour le compte des Banques Populaires et des Caisses d’Epargne.

Mais alors, quelle est la « variable d’ajustement » ?
La réponse est simple : c’est vous !
Evidemment, nos managers ne nous diront jamais qu’il va nous falloir travailler plus… ils nous diront qu’il faut travailler mieux, ou autrement,  faire preuve d’inventivité, de créativité. Ils nous diront que c’est justement dans ces périodes difficiles, dans l’adversité, qu’il faut savoir se serrer les coudes… et la ceinture ! Que la lumière est au fond du tunnel et qu’après la pluie vient le beau temps…

On peut comprendre que dans des circonstances difficiles il soit nécessaire de faire des efforts. Bien souvent, dans ces moments-là, la réussite passe par une solidarité accrue.
Mais encore faut-il que tout le monde joue le jeu. Si chacun doit faire plus, il faut que cette année l’enveloppe de 2% prévue au global pour les augmentations de salaire aille davantage à l’augmentation collective qu’aux augmentations individuelles. Il faut que les projets coûteux, non indispensables à l’activité de BPCE SA et à la limite de l’indécence dans la période actuelle (tels que la construction d’une cafétéria), soient reportés ou arbitrés au profit d’autres projets, davantage orientés sur  une véritable amélioration des conditions de travail des salariés. Il faut que le dialogue social soit réel et constructif, encore plus que dans les « bonnes années ».          

Voilà pourquoi l’UNSA appelle de ses vœux la Direction à faire preuve en 2013 de solidarité.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire