vendredi 1 février 2013

Les paroles s'envolent, les écrits restent...

Voici venue la période délicate des augmentations de salaire. Il existe pour ce faire un outil informatique, dans lequel votre manager va inscrire sa proposition. Mais dans la plupart des cas, votre manager n'est pas décisionnaire : sa proposition va alors être rectifiée et au lieu d'obtenir une augmentation de 1500 € par exemple, demandée par votre manager, vous allez avoir la mauvaise surprise de ne toucher que 1000 €. C'est désagréable... mais vous pourrez au moins vous consoler en vous disant que la proposition de votre manager, non seulement n'a pas été validée par son N+1 (votre n+2, donc), mais a en plus purement et simplement disparu de l'outil informatique !

Pas la moindre trace donc, de sa demande initiale, sur laquelle il a quand même travaillé, sur laquelle il est éventuellement tombé d'accord avec vous, et qu'il pourrait toujours utiliser auprès de son n+1, en lui disant "je vous l'avais bien dit", si finalement vous décidez de démissionner dans les 2 heures qui suivent !

On pourrait en sourire si ce n'était pas si grave. Quand on l'interroge, la DRH nous répond que c'est mieux ainsi, car sinon cela pourrait laisser penser qu'il y a un désaccord, une faille dans la ligne managériale dans laquelle le salarié pourrait sr'engouffrer et que au contraire il faut afficher entre managers une solidarité inébranlable. Comme c'est beau ! On se croirait à l'armée, ou dans un film de guerre hollywoodien... Et puis, ce n'est qu'un pas de plus vers la déresponsabilisation globale de tous les salariés, managés comme managers intermédiaires, au profit de plus en plus exclusif des cadres dirigeants et membres du "Club des 100".

La réalité, avec un minimum de bon sens, serait tellement plus simple si on reconnaissait qu'un manager et son n+1 peuvent ne pas être d'accord... ce qui n'empêche pas, d'ailleurs, le n+1 d'être solidaire avec son responsable et d'expliquer au managé pourquoi on est passé de 1500 € à 1000 €. Ca demande juste un peu d'honnêteté intellectuelle et de faire confiance à l'intelligence de ses collaborateurs, plutôt que d'essayer de les manipuler.

Mais tant que l'outil ne permettra pas cela, un bon conseil :
- pour vous, managé, déçu de votre augmentation : envoyez un petit message à votre manager pour lui indiquer simplement que vous ne comprenez pas pourquoi 1500 € sont devenus 1000 €...
- pour vous, manager, déçu que votre proposition n'ait pas été validée : envoyez un petit message à votre manager, juste pour lui indiquer que vous prenez bonne note que votre proposition intiale d'augmentation de 1500 € a été ramenée à 1000 €.

Les paroles s'envolent, mais les écrits restent...




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire