vendredi 8 mars 2013

Lettre ouverte aux boîtes anonymes

A l’attention de :

Madame la Boîte,

Je me permets de vous envoyer ce message car il paraît que, travaillant à BCA, je dois désormais vous mettre en copie systématique de tous les messages que j’envoie à l’ensemble des Banques ou des Caisses.

Puisque nous n'avons pas été présentés, personne n’ayant pris le soin de m’expliquer qui vous êtes et quel est votre rôle, permettez-moi de me présenter. Je suis monsieur MOYEN, un collaborateur de BPCE SA. Je suis diplômé de l’enseignement supérieur, cadre, j’ai 42 ans, je suis entré dans le groupe il y a un peu plus de 11 ans et ma rémunération annuelle brute est de 76 000 euros environ (chiffre désormais bien stabilisé depuis quelques années).

Ne sachant pas trop comment vous situer sur un plan hiérarchique, j’avoue ne pas savoir très bien quel est le genre de messages dont je dois vous mettre en copie. Par exemple, je dois prochainement annoncer à des responsables de marché la date de la prochaine réunion nationale. Dois-je vous mettre en copie ? Et si jamais cette date changeait, devrais-je à nouveau  vous en informer ? Et lorsque j’enverrai le plan d’accès au lieu de notre réunion, souhaitez-vous en être informée ?

D’ailleurs – et j’espère que vous me pardonnerez de ne pas y avoir pensé avant – peut-être dois-je vous inviter à cette réunion ? Il pourrait s’y dire des choses susceptibles de vous intéresser…

J’espère que mon activité professionnelle ne vous causera pas trop de tracas. J’imagine que cela doit être fastidieux de recevoir tous ces messages, de les lire, de les classer, de les compter, de les archiver… Si je peux me permettre une suggestion, vous devriez demander à SOS-Informatique d’étendre votre capacité, car vous risquez d’être rapidement saturée, surtout avec les pièces jointes ! Ou demander l’embauche d’une boîte adjointe, voire d’une ou deux boîtes stagiaires.

Il est vrai que je pourrais faire en sorte de ne pas trop vous solliciter. Des mauvais esprits ont suggéré qu’il suffirait de faire plusieurs messages au lieu d’un pour éviter cette procédure fastidieuse. Mais je ne suis pas comme ça, je suis respectueux de la procédure, qui a sans doute fait l’objet d’une étude et d’un examen approfondis avant d’être mise en œuvre. Je me dis parfois que je le suis peut-être même un peu trop... mais je dois bien faire confiance à ceux dont c’est le rôle, je ne suis pas payé pour réfléchir à ces questions. 

J’ai quand même une pensée émue pour mes managers, mon N+1, mon n+2, mon n+3 (veuillez m’excuser, j’ai arrêté de compter il y a déjà longtemps, je ne sais plus combien ils sont désormais). Je pensais que c’était leur rôle de lire, éventuellement de valider, de réguler ce genre d’envois. Je me rends compte que ce n’est pas le cas et, sincèrement, je m’interroge sur cette mesure qui ressemble fort à un désaveu qu’ils n’ont pourtant, dans l’ensemble, pas mérité.

Je ne vous importune pas plus longtemps car j’ai un autre message à préparer, concernant la participation de mes correspondants à un prochain salon professionnel, autre sujet d’une importance capitale et stratégique. D’ailleurs, à l’occasion, il m’intéresserait de savoir ce que vous pensez de mes messages. Sont-ils trop nombreux ? Pas assez nombreux ? Bien écrits ? Trop longs ? Trop courts ? Pertinents ? Inintéressants ? Clairs ? Complexes ? Peut-être aurez vous un conseil à me donner sur le choix de la police ou la taille des caractères ?
Je vous remercie par avance de ce retour qui me sera très utile pour m’améliorer professionnellement.

Je vous souhaite, Madame la boîte, bon courage dans votre nouvelle mission.
Bien cordialement,

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire