jeudi 4 avril 2013

Elections professionnelles CE et DP : le véritable enjeu

L’enjeu des élections du Comité d’entreprise et des délégués du personnel c’est l’emploi à BPCE et son positionnement au sein du groupe. Il vous revient de choisir parmi les listes électorales celles et ceux qui vont sembleront les mieux à même de défendre vos intérêts par rapport à cet enjeu.

Le projet présenté au Conseil de surveillance du 17 février et au comité d’entreprise le 18 février, par M. PÉROL, et le 28 mars, porte sur le rachat des CCI détenus par Natixis dans les CE et les BP. Les impacts financiers sur BPCE ne sont pas encore très clairs. Par ailleurs, si M. PÉROL a affirmé que BPCE ne fusionnerait pas avec Natixis, « car coter un organe central n’aurait aucun sens », leurs activités doivent être coordonnées et de fait optimisées pour réduire les charges et montrer l’exemple aux « maisons mères ».
Plan stratégique : il est en cours de préparation et pourrait être dévoilé après l’été. Il portera sur la période 2014-2017. Faut-il se préparer à une catastrophe sociale à BPCE ?
Nous pouvons faire quelques hypothèses non exhaustives.
Positionnement de BPCE dans le groupe
C’est la grande question. BPCE a des missions imposées par le régulateur, cependant nos « maisons mères » trouvent que BPCE leur coûte trop cher. C’est leur postulat. Alors tout est motif à réduction de coûts y compris réduire le périmètre des activités non réglementaires.
Services généraux
C’est une des premières fonctions dont tout le monde pense qu’il faut réduire les coûts, même si le projet « Cœur de ville » voulu par M. PÉROL en est le contre-exemple. « L'intendance suivra ». Cette expression rappelle que les moyens devront s'adapter, coûte que coûte, à la décision de la Direction. Pourtant, malgré tous leurs efforts et leur meilleure volonté, les salariés concernés rament déjà beaucoup et la sous-traitance envisagée ne règlera pas tout.
Informatique
On ne peut pas dire que BPCE a été exemplaire dans son organisation et ses projets. Un nouveau projet de réorganisation de l’informatique est actuellement présenté au CHSCT (avec une expertise à l’appui) et le CE l’examinera ensuite. Pendant ce temps Natixis présente un projet de réorganisation de son informatique où il est question de découpage d’activités permettant de les disposer différemment dans le groupe … en cohérence avec le plan stratégique (tiens, tiens !), de réduction de prestataires et de synergie de coûts avec BPCE (re tiens, tiens !), alors que certains s’organisent pour sauver le soldat i-BP en voulant lui confier tout ou partie de l’informatique BPCE. Vous avez dit c’est clair ? Vous êtes bien les seuls.
Où en sommes-nous ? Que prépare le plan stratégique ? Quels impacts sur l’emploi ?
Finances
Tout business à BPCE doit disparaître au profit de Natixis, c’est ce que nous dit notre président. Cela veut dire aussi que les fonctions attachées sont concernées et, on peut le craindre, bien d’autres fonctions support. Quels impacts sur les revenus de BPCE ? Quels impacts sur l’emploi ?
Développement
L’arrivée à BPCE de l’ancien patron des SFS (Services Financiers Spécialisés) de Natixis, comme patron de BCA n’est pas anodine. Il connait la capacité de Natixis à concevoir des produits « blanc ». En d’autres termes, la conception et l’expertise associée  pourraient se déplacer chez Natixis ; le développement BP et le développement CE n’auraient alors plus qu’à s’occuper de la mise en marché !
Mais qui doit «animer les politiques du groupe » ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire