mardi 12 novembre 2013

Grandir autrement


Pour ceux d'entre vous qui n'étaient pas invités à la Convention réunissant les 3000 collaborateurs du Groupe qui comptent vraiment.... nous vous recommandons la lecture du document "Grandir autrement".

On y apprend que le Groupe va continuer à faire de la banque ( "de l'épargne pour financer") et de l'assurance, progresser à l'international et consolider les grands équilibres financiers. Dont acte. Le contraire aurait été surprenant !

Ce qui est nouveau, c'est l'importance accordée au "digital", un thème quasi omniprésent. puisqu'il est répété pas moins de 15 fois dans le document (plus 7 fois pour son synonyme "numérique") ! Si avec ça on n'a pas compris le message...
On notera au passage qu'il aura fallu attendre 2013 pour que le Groupe se lance enfin sérieusement sur le sujet, au moment où les flux nous échappent, ou de nouveaux moyens de paiement  développés par de nouveaux acteurs nous prennent des parts de marché. Pourtant, internet ne date pas d'hier... Dont acte aussi.

Nous aurons l'occasion de revenir ultérieurement sur les objectifs chiffrés, ainsi que sur les synergies (traduction : économies) prévues dans ce plan stratégique. Mais ... et les salariés dans tout ça ?

Le document, bien entendu, comporte un chapitre "RH"... situé en avant-dernière partie, juste avant celle consacrée à notre "ADN coopératif" et juste après celle consacrée aux synergies. On y enfonce quelques portes ouvertes avec "les managers au coeur de la réussite" (parce que les autres n'y sont pour rien ?), avec "l'accompagnement des femmes et des hommes".  On nous ressort l'accord GPEC (gestion prévisionnelle des emplois et compétences) vieux de deux ans déjà. Et on pourra s'interroger sur la signification profonde de la dernière phrase : "appréhender la relation salarié comme la relation client doit s'inscrire dans notre feuille de route"...

On reste donc dans l'incantatoire et le flou le plus complet, alors que la mutation digitale tant annoncée va profondément bouleverser l'environnement, les missions et la manière de travailler des salariés. On parle de doubler la formation digitale et par cela on entend la formation par classe virtuelle... mais c'est de formation AU digital dont les salariés auront besoin, pas d'une formation à coût réduit par l'utilisation du digital !
Et quid de l'accompagnement au changement ?

Le digital, pourquoi pas ? Mais voilà maintenant plusieurs années que l'employeur refuse d'engager les négociations sur le télétravail demandées par l'UNSA. Ce n'est pas du digital, ça, peut-être ? Il s'était engagé  en début d'année à "discuter" de l'utilisation des nouvelles technologies informatiques et de communication dans l'entreprise. On attend toujours...

Alors le digital, ça commence quand ? Et avec quelles perspectives pour les salariés, afin d'éviter qu'elles soient les principales victimes de cette digitalisation de BPCE ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire