mardi 14 janvier 2014

Après 'l'open-space m'a tuer"... va-t-on tuer l'open-space ?

On aurait pu croire que la lutte contre l'open-space était un combat d'arrière-garde, mené par des seniors ayant connu le luxe dans leur jeunesse de pouvoir travailler dans des bureaux individuels... et qu'inversement, les salariés les plus jeunes et n'ayant connu que ce type d'environnement considéreraient les conditions de travail en open-space comme normales. Mais pas du tout !

Une analyse des résultats d'une centaine d'études menées un peu partout dans le monde en 2011 montrent en effet que les salariés les plus jeunes réagissent aux conditions de travail en open-space de manière tout aussi négative que leurs aînés. : niveaux de stress plus élevés, moindre degré de concentration et de motivation. Ils ne tolèrent pas mieux les distractions sonores (conversations, ritres), se plaignent d'un manque d'intimité et de l'impossibilité de contrôler leur environnement (ouvrir une fenêtre, tirer un rideau, augmenter ou diminuer la température).

En résumé, maintenant que l'open-space s'est généralisé dans les immeubles de bureau du monde entier, on se rend compte après avoir évalué son impact sur la santé, le bien être, la créativité, la communication et la productivité, qu'il va à l'encontre du but recherché !

Malheureusement, on peut parier que sa disparition en France (et à BPCE en particulier) va prendre quelques années...

Source : blog Big Browser du journal Le Monde

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire