mercredi 19 mars 2014

Réunion des délégués du personnel : quand la DRH répond n'importe quoi...


Voila la réponse apportée par la DRH à la question posée lors de la réunion des délégués du personnel du 6 mars : "Comment la DRH s’assure-t-elle concrètement que les représentants du personnel, du fait de leur mandat, ne sont pas pénalisés dans leur évolution professionnelle ?" 

La DRH rappelle que les salariés titulaires d’un mandat de représentant du personnel ou syndical ont été reçus au cours des derniers mois par la DRH.

L’objectif assigné à ces entretiens était de faire un point sur leur parcours professionnel et les difficultés qu’ils pouvaient éventuellement rencontrer dans l’articulation de leurs missions professionnelles actuelles avec leurs différents mandats.

Un peu étonnés, nous nous sommes livrés à un petit sondage sur les élus UNSA (nous n'étions pas à l'origine de cette question) : sur 13 ayant répondu, il s'avère qu'un seul d'entre eux a eu un entretien à ce sujet et ce à sa demande et en 2012 !
Pour les autres, une majorité n'a eu aucun entretien et pour ceux qui en ont eu un, il s'agissait soit d'un entretien de carrière (en 2012 là aussi) qui ne portait pas sur la question des mandats, ou d'entretiens liés  à un changement de poste, dans le cadre d'une réorganisation par exemple.

Donc même avec la meilleure volonté du monde, même en adoptant un conception très élastique de la notion de "derniers mois"... on ne peut faire qu'un seul commentaire concernant cette réponse de la DRH : c'est n'importe quoi !

On constate d'ailleurs "ces derniers mois" que bon nombre des réponses apportées lors de ces réunions ne sont pas du tout satisfaisantes. Que la DRH apporte parfois des réponses qui nous déplaisent, cela peut se comprendre et nous pouvons l'accepter. Que l'on nous réponde par des contre-vérités manifestes, en revanche, nous ne l'acceptons pas. Or, de plus en plus, certaines réponses relèvent de la stratégie (stupide) du "plus c'est gros mieux ça passe".

Mais faut-il s'en étonner lorsque notre Président donne lui-même le mauvais exemple en annonçant une prime de partage des profits qui finalement ne verra jamais le jour ?  





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire