vendredi 30 mai 2014

Au-dessus ou en dessous ?

La question ne concerne pas la barbe du capitaine Haddock, mais le montant de la part variable qui vous a été octroyée en 2014.

Afin que vous puissiez vous situer par rapport à vos collègues, voici le montant moyen distribué par direction (extrait de la réponse à une question posée par les délégués du personnel UNSA). En espérant que cela ne gâchera pas votre sommeil*...

Il s'agit ici de la part variable collective, applicable à tous les salariés ne bénéficiant pas d'une part variable contractuelle.

Intitulé Entité 
Moyenne de % Part variable définitive
DIRECTION COMMUNICATION GROUPE
5,77
DIRECTION GENERALE BANQUE COMMERCIALE ET ASSURANCE
5,52
DIRECTION RESSOURCES HUMAINES GROUPE
5,40
FINANCES, RISQUES ET OPERATIONS
5,59
INSPECTION GENERALE GROUPE
5,32
PRESIDENCE
5,93
STRATEGIE
5,79
Total général
5,62


* dans l'album Coke en Stock, le capitaine Haddock passait une nuit agitée à se demander s'il devait dormir avec la barbe au-dessus ou en dessous du drap...

mardi 20 mai 2014

AQR : rapport accablant de l'Inspection du Travail

L'inspection du Travail a communiqué au CHSCT ses observations, adressées  à la Directioon des Ressources Humaines, suite à la visite effectuée le 30 avril.
Extraits (en gras) et commentaires :

"Nous vous demandons dans l'immédiat de mettre en place sans délai, par tout moyen, un outil
permettant de s'assurer du respect des repos minimums quotidien et hebdomadaire de vos
salariés."
En effet aucun document relatif au contrôle du respect des temps de repos quotidien et hebdomadaire n'a pu
être remis à l'Inspection du Travail lors de son contrôle !

A défaut, l'Inspection du Travail a eu accès aux relevés de pointage sécurité nominatifs des entrées et sorties dans l'immeuble, qui ont révélé "de nombreux manquements à la réglementation encadrant les rythmes de travail des salariés". En clair, une trentaine de salariés ont eu, sur des périodes plus ou moins longues, des temps de repos inférieurs aux minima légaux. L'un d'entre eux a même effectué une semaine de plus de 78 heures de travail !

Le décret du 10 avril 1997 relatif à la durée du travail dans les établissements de banque, prévoyant que tout salarié devra bénéficier de deux jours entiers de repos hebdomadaire consécutifs incluant le dimanche, n'a pas non plus été respecté sur deux semaines du mois d'avril.

L'analyse des relevés de pointage sécurité a également  fait apparaître que les salariés effectuaient
régulièrement des horaires de nuit, alors regard des critères légaux, l'activité de l'entreprise  ne paraît pas pouvoir justifier le recours au travail de nuit.

"Vous veillerez à maintenir une association étroite de votre CHSCT au déroulement de la mission AQR et aux décisions prises afin de supprimer ou, à défaut, limiter au maximum ses conséquences préjudiciables aux conditions de travail des salariés.

On peut difficilement être plus clair...

mardi 13 mai 2014

Allez François, allez François, allez...

D’après le magazine Challenge du 7 mai, Mario Draghi (BCE) aurait appelé François Pérol pour l'alerter sur le fait que le groupe et sa filiale Natixis avaient rendu en retard - et avec des erreurs - leurs données pour les « AQR », l'examen de la qualité des actifs, en vue des prochains stress tests des banques européennes.

Pour une fois, on a envie de dire « allez François Pérol » et de l’encourager à renvoyer dans ses buts l’ex-vice-président pour la branche européenne de Goldman Sachs (belles références*) !

Car de quel droit, finalement, la BCE se permet-elle de mettre autant de pression sur des établissements bancaires dont les ratios de liquidité, aux dernières nouvelles, sont plus que corrects, au point qu’on en vienne à violer de manière flagrante le droit du travail le plus élémentaire pour satisfaire leurs exigences ?

On ne peut qu’encourager François Pérol à se rapprocher de ses pairs des autres banques françaises afin de former un front uni de résistance face à la BCE. Oui, les données de l’AQR seront fournies… mais sommes-nous à trois mois, à six mois près ? Ces données devraient être fournies dans des délais raisonnables, permettant d’effectuer un travail de qualité et sans que cela se fasse au détriment de la santé des salariés. La BCE attendra…


*D'après Marc Roche, journaliste au journal Le Monde, "l'une de ses missions est alors de vendre le produit financier "swap" permettant de dissimuler une partie de la dette souveraine, qui a permis de maquiller les comptes grecs"[

mercredi 7 mai 2014

Cerise sur le gâteau...

Bonne nouvelle ce matin en réunion extraordinaire du CE : le gâteau de l'intéressement sera aussi copieux que prévu... avec même une cerise sous forme d'un intéressement complémentaire de 340 000 euros, qui s'ajoutent aux 13 030 534 € qui seront versés aux salariés au mois de juin... auquel il faudra ensuite ajouter l'abondement, pour ceux qui choisiront de verser tout ou partie de leur intéressement sur le Plan d'Epargne Entreprise ou le PERCO-I (autre dispositif mis en place avec la seule signature de l'UNSA).

Evidemment, ce gâteau est un peu lourd à digérer pour certains syndicats minoritaires non-signataires qui auraient sans doute préféré qu'ils soit inférieur (et tant pis pour les salariés !) pour justifier leur position et dénigrer l'accord signé par l'UNSA.

A court d'argument, ces syndicats tentent de faire naître des rumeurs (mais ce n'est pas nouveau, ça fait des années que ça dure et nous en  avons l'habitude) de collusion entre l'UNSA et l'employeur. En réalité ce sont eux qui font le jeu de la direction en s'en prenant à nous. Car même lorsqu'on leur propose une action commune, ils déclinent notre offre...

Alors oui, nous assumons nos signatures et s'il y a un intéressement cette année (et un intéressement complémentaire), c'est uniquement grâce à l'action de l'UNSA.




mardi 6 mai 2014

Une petite page de publicité

Très pratique pour planifier les soirées pizza entre amis et les soirées à l'extérieur entre amies (désolé pour le stéréotype) : le calendrier des matches de la Coupe du Monde de Football 2014 !

Ils sont arrivés et disponibles (gratuitement, évidemment) au local UNSA situé un fond du couloir, juste après le local du Comité d'entreprise, ainsi qu'auprès des élus UNSA.

L'UNSA, meilleure attaque, meilleure défense !



dimanche 4 mai 2014

Moi, Président, je verserai une prime de partage des profits...

Chuuuut... silence... pas de bruit... vous entendez quelque chose ?

Non, rien. Depuis l'annonce par François Pérol du versement de cette prime de partage des profits lors du "tchat", puis à l'occasion des voeux, pas un mot, pas un coup de fil, rien. Silence Radio. Ce serait pourtant la moindre des choses de tenir les salariés officiellement informés de ce qu'il advient d'une promesse qui leur a été faite.
Et de réfléchir à une éventuelle compensation...

Si ça continue, on va arrêter avec les oiseaux et on va lâcher le chien !