mercredi 14 janvier 2015

Mieux vaut tard...

Lors des voeux, François Pérol nous a appris la triste nouvelle concernant nos collègues de la BICEC.
On était alors le 8 janvier. Les faits s'étaient produits le 20 décembre.

Nous pouvons comprendre qu'on ne nous tienne pas au courant de tous les faits divers, parfois tragiques, concernant les Banques, les Caisses et les différentes filiales du Groupe. Mais lorsque deux collègues tombent victimes du terrorisme, il nous semble que cela dépasse le cadre de "l'effroyable banalité" chère à notre Président.

Voici donc quelques lignes extraites de la dépêche de l'agence de presse Xinhua, le 20 décembre.

"Les agents de la BICEC ont été froidement tués avec un élément du BIR (Bataillon d'intervention rapide, unité d'élite de l'armée camerounaise, NDLR)", a rapporté une de ces sources jointes par Xinhua, tandis qu'une autre précisait que les victimes ont été " égorgées", méthode de massacre généralement utilisée par Boko Haram.
En poste à Kousseri, ville frontalière de la capitale tchadienne N'Djamena, ces travailleurs de la BICEC se rendaient à Maroua, principale ville de la région de l'Extrême-Nord, en compagnie d'une escorte constituée de soldats du BIR."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire