mercredi 25 février 2015

François, entends-tu le cri sourd des réseaux qui protestent ?

Ca commence à bouger dans les Banques Populaires et les Caisses d'Epargne, suite aux résultats (si on peut dire...) des Négociations Annuelles Obligatoires conduites dans chacune des deux branches.

Les salariés ne supportent plus la politique salariale de la direction, ni leurs conditions de travail, notamment la pression mise sur les objectifs commerciaux. Et ils le font savoir.

Exemple de la Banque Populaire Provençale et Corse (sources : France 3 Corse, La Provence) :
- le 3 février, un mot d'ordre de grève générale a été lancé. Il a été suivi, en Corse, par 95% des agents. Résultat : 11 des 13 agences de l'île sont restées fermées !
- le 18 février, une centaine de salariés se sont rassemblés sur l'avenue du Prado, devant le nouveau siège (car pour se payer un nouveau siège, là, il y a de l'argent)...

Et le mouvement ne fait sans doute que commencer. Aujourd'hui  la lettre de l'Expansion s'est fait l'écho d'un communiqué de presse de l'intersyndicale réunissant les organisations syndicales des deux branches, Banque Populaire et Caisse d'Epargne, annonçant  la préparation d'une mobilisation sans précédent des salariés, qui pourrait aller jusqu'à un mouvement de grève générale touchant l'ensemble des Banques Populaires et des Caisse d'Epargne.

Mais à part ça, tout va bien. D'ailleurs, d'après l'enquête DIAPASON (résultats Groupe) , "la satisfaction dans le travail est en augmentation". On va bien voir...




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire