lundi 2 février 2015

Les collaborateurs de BCA démobilisés ?

C’est la question qu’on pouvait se poser, vendredi 31 janvier après-midi… Invités par Jean-Yves FOREL à passer l’après-midi à la BNF pour faire le point sur les chantiers 2014 et le plan d’action 2015, les collaborateurs ayant répondu présent ont pu constater que le grand auditorium loué pour l’occasion était loin, très loin d’afficher complet. 
Les personnes chargées de l’organisation ont vainement tenté de masquer cet absentéisme au donnant des consignes de regroupement sur les premiers rangs… mais c’était peine perdue. Répartis un peu partout, les rangs des collaborateurs de BCA apparaissaient clairsemés, avec de très nombreux sièges vides. Jean-Yves FOREL  a eu beau tenter de sauver les apparences en justifiant cela par une épidémie de grippe, personne n’a été dupe.

Faut-il s’en réjouir ? Il est certes regrettable de constater qu’on en soit arrivés à un tel niveau de désintérêt et d’indifférence, mais si les salariés aujourd’hui ne croient plus aux beaux discours et à la langue de bois qu’on leur sert à chacune de ces manifestations, tant mieux. 

Il serait temps que nos dirigeants se rendent compte du ridicule de ces saynètes plus ou moins bien mises en scène et plus ou moins bien interprétées. Qu’il s’agisse de s’auto-congratuler ou d’envoyer des piques au directeur concurrent, le discours ne passe plus, les collaborateurs n’y croient plus.
Il serait temps aussi qu’il réfléchissent aux raisons de cette démotivation…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire