mercredi 5 août 2015

Travail de nuit : des négociations sont ouvertes...

Oui, vous avez lu : il y avait avant, et il y aura bientôt à nouveau, du travail de nuit à BPCE !

Rassurez-vous, il ne s'agit pas d'instaurer les "3x8", simplement d'encadrer des plages de travail situées en dehors des heures d'ouverture de BPCE. Autrement dit, quelqu'un qui reste travailler à son poste de 21h à 22h, par exemple, effectue du travail de nuit.

Cette négociation, ouverte par la direction, qui souhaite donc rendre possible le travail de nuit (officiellement de manière occasionnelle), est la suite logique des mesures prises récemment concernant le badgeage et les horaires d'ouverture (fermeture des locaux de 21h à 7h).

A ce stade, il reste difficile de se prononcer sur le projet d'accord.
La liste des métiers et des situations au cours desquelles les salariés pourraient être appelés à travailler de nuit pose problème : s'agissant par exemple des activités de maintenance informatique, des activités en relation avec l'international, ou de certaines activités comptables, on est au-delà d'un travail de nuit "occasionnel".

Par ailleurs, certaines mesures d'encadrement du travail de nuit vont plutôt dans le bon sens (suivi médical des personnes amenées à faire du travail de nuit, par exemple), mais d'autres comme le repos compensateur accordé aux salariés au forfait jour, nous semblent insuffisantes.

De plus, l'encadrement du travail de nuit dans le cas de manifestations organisées par l'entreprise après  21h continue selon nous d'être mal défini, le caractère convivial d'une partie de ces manifestations ne devant pas éclipser l'obligation faite aux salariés qui participent à leur organisation d'y rester jusqu'à leur terme. 

L'UNSA sera donc vigilante afin que ce projet d’accord ne puisse servir pas à détourner les mesures prises récemment et n'ouvre pas la porte à de nouveaux abus, tels que ceux qu'on a pu constater lors de la mission AQR. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire