mardi 22 septembre 2015

Tract du 22 septembre 2015

*µ%£$# d’informatique de &@¤*§ !!!

Samedi 12 septembre, nous avons tous reçu un message nous disant « Si vous recevez ce message, cela signifie que l’opération s’est déroulée avec succès ». Le message ne précisait pas ce qu’il fallait penser au cas où on ne l’aurait pas reçu… Mais dès le lundi matin, nous avons été nombreux à pouvoir apprécier à sa juste valeur l’ironie involontaire et l’optimisme un peu trop  précoce d’une telle affirmation. Depuis, les salariés de BPCE ont subi bien d’autres désagréments… 
Rendez-nous nos fax !
Ah elle est belle, la banque digitale ! On avait constaté ces derniers mois, ces dernières années, une dégradation constante de la qualité des performances de l’informatique de BPCE. Applications de plus en plus souvent indisponibles, pannes de serveurs, coupures du réseau, lenteurs excessives sur internet… mais curieusement, la messagerie Outlook fonctionnait plutôt bien ! Il a donc fallu que la direction de l’informatique décide de la migrer sur une nouvelle infrastructure, avec la compétence et l’efficacité dont on vous laisse juges… Et après le « lundi noir » du 14 septembre, on continue de payer l’addition de cette migration ratée, non seulement sur la messagerie mais  sur l’ensemble des applications et du réseau de BPCE. Capri, Filenet,  gestion des habilitations… la liste serait trop longue. Aucune information ne nous a été fournie à ce sujet mais chacun de vous peut le constater : la migration Outlook a impacté et continue d’impacter tout notre système d’information, au point qu’on se demande quand (et même si ) cela va prendre fin… Alors en attendant, on pourrait peut-être revenir au fax ?

Des conditions de travail indignes
On peut en sourire mais sur le fond, cela n’a vraiment rien de drôle, bien au contraire. Nous avons beaucoup évoqué la question des open spaces ces derniers temps et pour cause… Nous aurons d’ailleurs l’occasion de revenir sur ce sujet Mais dans une entreprise comme BPCE, il n’y a pas d'outil plus important que la messagerie dans la vie quotidienne. Le stress supplémentaire généré par les problèmes constatés depuis lundi, sur des salariés déjà sous pression, est une menace pour leur santé, peut-être plus grave qu'un éclairage insuffisant ou un froid excessif dans leur bureau...
L’auto-satisfaction, ça suffit !
Le directeur de notre informatique considère que, globalement, le niveau de l’informatique s’améliore. Et il se félicite des bons résultats de la migration Outlook. Un tel degré d’exigence laisse rêveur… Qu’est-ce que cela aurait été si les résultats avaient été mauvais ! Nous l’invitons à revoir à la baisse son évaluation et à un peu plus d’humilité…

Vous en avez marre ? Rentrez chez vous !
Vous avez des objectifs à atteindre, des rendez-vous à honorer, des dossiers à présenter et des comptes à rendre à votre hiérarchie… et malheureusement, l’informatique ne suit pas. Impossible d’ouvrir tel ou tel email et d’imprimer le document joint… Vous pouvez vous laisser gagner par le stress, mais vous pouvez aussi décider que ce problème est celui de l’employeur, pas le vôtre. Vous n’êtes pour rien dans les difficultés informatiques que nous traversons et si l’entreprise n’est pas capable de vous fournir un outil de travail en état de marche, c’est SON problème. Vous n’avez pas à fournir un surcroît de travail pour pallier l’incompétence de nos décideurs ! Alors la prochaine fois que vous serez dans l’incapacité de faire votre travail à cause d’un dysfonctionnement informatique, si vous êtes au forfait jour, ne vous contentez pas de râler et ne restez pas plus tard : RENTREZ CHEZ VOUS !   

Croyez-nous : le jour où, à cause d’un dysfonctionnement informatique important, des centaines de salariés manqueront à l ‘appel, nul doute que la direction fera ce qu’il faut …


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire