vendredi 18 décembre 2015

Tract du 17 décembre 2015

Lettre à la mère Noël

Parce que là aussi, la parité s’impose mais surtout parce que Catherine HALBERSTADT prendra prochainement ses fonctions de secrétaire général de BPCE, nous lui adressons cette lettre pour lui faire part de nos différentes demandes. Et comme nous avons parfois l’impression d’avoir du mal à nous faire comprendre, nous avons choisi de nous exprimer un peu plus simplement…

Chère mère Noël…
J’ai fait des efforts et j’ai été sage cette année. Mon chef m’a même donné 80% des bons points auxquels j’avais droit au mois de mars. Je badge à chaque fois que je rentre et que je sors de la maison, j’ai eu du mal à m’y faire au début mais maintenant je n’oublie plus de le faire. J’ai suivi toutes les pro-cé-du-res, j’ai tout fait comme on m’a dit. Je sais que tu as beaucoup de travail en ce moment mais voici la liste des cadeaux que j’aimerais avoir pour Noël. J’espère que tu liras cette lettre cette année parce que les années d’avant, j’ai l’impression que ma lettre a été perdue…

Un peu plus d’argent de poche
Je sais que j’ai de la chance, je suis dans une famille qui gagne beaucoup d’argent. Je crois même qu’elle en gagne de plus en plus. Mais c’est bizarre, j’ai toujours le même argent de poche depuis plusieurs années, je ne comprends pas pourquoi. Chaque fois que j’en demande un peu plus, on me répond que je devrais être content de ce que j’ai, que certains n’en ont pas du tout. Mais c’est que j’en ai besoin moi, le prix des cartes Pokémon n’arrête pas d’augmenter !

Une chambre plus confortable
Mes camarades de classe, ils font rien que m’embêter. Ils font tout le temps du bruit quand je travaille, ils jouent avec le bouton du chauffage et un jour j’ai trop chaud, un jour j’ai trop froid. Il y en a un, il passe son temps à téléphoner, il parle fort, j’entends tout ce qu’il dit et je n’arrive plus à penser ! Dès fois, même, ils se disputent et après tout le monde se fait la gueule la tête, c’est vraiment pas agréable. Tout ça, c’est parce qu’on est les uns sur les autres. Si on avait un peu plus de place, ce serait mieux.
               
Un ordinateur qui marche
Celui que j’ai a la mémoire qui flanche. Je sais qu’il y a beaucoup de gentils monsieurs et de gentilles madames qui essaient en permanence de le faire fonctionner mais il tombe de plus en plus souvent en panne car c’est de plus en plus compliqué, il faut vraiment faire quelque chose car je ne peux plus m’en servir comme avant et ça me stresse grave.

Des  professeurs gentils
A l’école, on a des tas de professeurs qui nous commandent. Mais il y en a certains, ils nous crient dessus, ils nous mettent au coin, ils se moquent de nous devant les autres, ils sont sans arrêt sur notre dos, ils nous mettent des mauvaises notes même quand on a bien travaillé. Ils me font peur et des fois, j’ai même plus envie d’aller à l’école.  Ce n’est pas juste, il faut faire quelque chose contre ça ! L’autre jour, il y a un inspecteur de l’a-ca-dé-mie qui est passé, du coup ils étaient tous gentils avec nous. Mais dès que l’inspecteur est parti il y en a qu’ont recommencé…

Des parents qui m’écoutent
Chaque fois que je demande quelque chose à mes parents, ils font comme s’ils ne m’entendaient pas. Ou alors, ils font comme s’ils ne comprenaient pas. Souvent, ils me disent « on verra l’année prochaine ». Mais moi, je sais très bien que ça veut dire « non ». Quand je les entends discuter avec leurs amis, ils disent que la communication c’est important, mais avec moi ils font l’inverse, je ne peux même pas discuter ! Et quand ils discutent avec moi, j’ai l’impression que c’est parce qu’ils sont obligés, alors ce n’est pas vraiment une discussion… 

Il serait peut-être temps d’organiser un conseil de famille, non ?
Dans notre tract du 4 novembre, nous demandions que BPCE existe et fonctionne comme une entreprise à part entière, et que des négociations soient ouvertes sur de nombreux sujets, dont les conditions de travail.
Notre première demande a été entendue. Nous allons désormais avoir un secrétaire général.
Espérons maintenant que de véritables négociations vont s’ouvrir. A ce titre, les NAO (Négociations Annuelles Obligatoires) qui débutent vont constituer un bon test… l’UNSA émet le vœu que ce test sera concluant et qu’il permettra de reprendre un véritable dialogue social sur de nouvelles bases et avec des résultats.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire