lundi 27 juin 2016

Elections au CHSCT

Comme vous le savez, le renouvellement du CHSCT a eu lieu le 24 juin.

Le collège désignatif, constitué des élus titulaires (ou à défaut suppléants) du Comité d'entreprise et délégués du personnel, a voté pour désigner les membres du CHSCT.

Ont été élus, pour l'UNSA :
Aurélie CADEAU
Stéphane LEDEZ
Jean-Louis LE MOUELLIC
Claudine MILLET
Myriam POUECH
Florence PREVOSTEAU

Bravo à toutes et à tous !

Ce nouveau mandat durera jusqu'aux élections professionnels de 2017 (qui désigneront de nouveaux élus au Comité d'entreprise et de nouveaux délégués du personnel).
Le Secrétaire du CHSCT sera désigné lors de la prochaine réunion de cette instance.

L'UNSA tient à remercier Gérard NAKACH pour sa contribution aux travaux du CHSCT.


vendredi 24 juin 2016

Communiqué de l'UNSA (national)

Bagnolet, le 24 juin 2016

DEPREDATIONS COMMISES CONTRE LES LOCAUX NATIONAUX DE LA CFDT :

L’UNSA SOLIDAIRE DE LA CFDT

L’UNSA condamne les déprédations commises contre les locaux du siège national de la CFDT à Paris. Elle affirme sa pleine solidarité avec cette organisation, qui doit rester, comme toutes les organisations syndicales, libre de ses analyses et de ses actions car la liberté syndicale est une constituante inséparable de la démocratie.

Fidèle aux valeurs humanistes consignées dans sa charte des valeurs, l’UNSA rappelle que tous les actes, tous les comportements ne sont pas permis, a fortiori lorsqu’on vit dans une démocratie comme c’est le cas en France. On ne peut prétendre par la violence servir ni les salariés, ni les citoyens. On ne peut prétendre défendre la démocratie avec des méthodes qui la nient.

L’UNSA met en garde contre la tentation de banaliser des actes qui commencent dangereusement à s’accumuler. Les violences destructrices, vis-à-vis des personnes comme des biens, celles exercées contre les forces de l’ordre républicaines, les attaques ad hominem où le respect de la vie privée est  foulé aux pieds et où on ne s’en prend plus aux fonctions ou aux politiques, mais aux personnes et à leur famille, les dégradations de locaux de parlementaires de la république, de partis politiques démocratiques ou de syndicats sont inadmissibles.

Quand bien même ils n’émaneraient encore que de petites minorités, l’UNSA condamne, sans ambiguïté, ces actes inadmissibles.

mercredi 22 juin 2016

Démocratie ou irresponsabilité ?

Il y a 3 ans l’UNSA avait signé seule l’accord d’intéressement. Cette année deux autres organisations syndicales ont signé le nouvel accord d’intéressement couvrant la période 2016 à 2018.

Hier, l’organisation syndicale ayant choisi de ne pas signer a distribué un tract appelant les salariés à voter sur son blog pour ou contre leur signature de cet accord en mettant en avant un principe de démocratie… Beaucoup de salariés nous ont fait part de leur incompréhension par rapport à ce tract. Voici ce qu’en pense l’UNSA.

Un vote inutile 
Appeler les salariés à voter pour ou contre un accord déjà signé par trois syndicats, dont la date limite de signature est dépassée et qui, quoi qu’il arrive, entre en vigueur pour les 3 années à venir, ce n’est ni plus ni moins qu’une escroquerie intellectuelle !

Des résultats qui n’auraient aucun sens
Voter sur un blog, pourquoi pas ? Mais encore faut-il avoir réfléchi un peu à la question, avant !
Le blog de l’UNSA n’est pas référencé sur internet : seuls les salariés de BPCE (qui connaissent son url) peuvent y accéder.
En revanche, sur un blog ouvert à tous les internautes, n’importe qui peut voter. On se demande quelle conclusion pourra tirer d’un tel vote l’organisation syndicale en question !

La démocratie pour mieux se cacher
Il est bien plus facile de ne rien décider, en laissant la responsabilité aux autres de prendre la décision, que de prendre ses responsabilités en signant un accord.
Pire encore, cette organisation syndicale légitime le référendum d’entreprise tant désiré par le MEDEF ! Que dirait-elle si demain l’employeur court-circuitait les syndicats pour demander aux salariés de ratifier un accord d’entreprise ?

La décision de l’UNSA

Rien ne permet de dire, à ce stade, que le nouvel accord produira sur les 3 ans à venir moins ou plus que le précédent. Au cours des négociations, l’UNSA aussi avait émis des revendications. Certaines d’entre elles ont été satisfaites d’autres pas. Mais, pour tout accord il faut faire des compromis. Après consultation de ses adhérents, l’UNSA a estimé qu’il était dans l’intérêt des salariés de bénéficier de ce nouvel accord d’intéressement.

mardi 21 juin 2016

Tract du 21 janvier



Intéressement : l’UNSA a signé

Bonne nouvelle : L’UNSA vient de signer le nouvel accord d’intéressement pour la période des 3 années à venir (2016-2018). Mais cela n’a pas été simple…

Cauchemar en cuisine
Ces négociations avaient pour particularité d’être les premières de la nouvelle équipe formée par
Catherine Halberstadt et Philippe Bailly. D’entrée, nous avons senti un rejet des 14 millions d’euros versés l’an dernier, tellement différents des montants versés dans leurs établissements d’origine (BP Massif Central et BPO).
Il nous a également été dit qu’il était hors de question, dans une période difficile pour nos maisons mères auxquelles on demande des économies, que l’intéressement de BPCE soit orienté à la hausse.  Évidemment, il était pour nous hors de question qu’il soit orienté à la baisse !

Ils voulaient casser notre assiette !
Le montant global de l’intéressement, c’est un pourcentage appliqué à une assiette qui était jusqu’à présent la masse salariale de BPCE SA. Or, la direction proposait initialement que ce pourcentage soit appliqué au résultat du groupe. Les premiers chiffres, publiés au mois de mai, ont montré que l’impact sur l’intéressement aurait été très négatif.

Une longue liste de courses
Au-delà du maintien de l’assiette actuelle, qui était pour l’UNSA un élément incontournable, nous avons porté plusieurs revendications : une répartition plus équitable de l’intéressement en diminuant de 80% à 70% la part proportionnelle au salaire ; une grille plus favorable permettant d’obtenir 100% de l’intéressement lorsque les objectifs sont atteints à 100% ; une sorte de « clause de sauvegarde » permettant d’éviter un intéressement nul en cas de scénario catastrophe...
Le dîner n’est pas parfait, mais…
Ces revendications n’ont pas été entendues… mais nous avons obtenu gain de cause pour l’assiette.
Pour l’essentiel, l’accord 2016-2018 reprend donc les mêmes éléments que l’accord précédent, que l’UNSA avait signé et qui a donné les bons résultats que vous connaissez. La seule véritable nouveauté introduite dans l’accord est un nouveau critère fondé sur les résultats d’une enquête de satisfaction menée auprès des dirigeants des Banques et des Caisses (un dispositif bien connu des anciens de l’ex BFBP et de l’ex-CNCE). La définition du critère portant sur les charges récurrentes est également revue à cette occasion.
Un plat de plus à la carte
L’intéressement versé au titre de 2016-2018 (versements en 2017-2019) dépendra donc de l’atteinte des objectifs  fixés sur 6 critères : 4 critères groupe (PNB, coefficient d’exploitation, résultat net part du groupe, clients actifs) et 2 critères  (charges récurrentes, enquête de satisfaction) « BPCE ». Il semble de ce point de vue plus diversifié que le précédent, avec un nouveau critère qui n’est ni financier ni commercial.

L’UNSA avait signé seule le précédent accord. Il est donc logique qu’elle signe ce nouvel accord, qui en reprend les principales caractéristiques.  Le contexte n’est pas tout à fait le même, avec une situation économique inédite (taux négatifs) et des prévisions plutôt pessimistes quant aux résultats.  Nous avons toutefois bon espoir que ce nouvel accord donnera satisfaction aux salariés de BPCE.


vendredi 10 juin 2016

Le calendrier UNSA de l'euro 2016 de football est disponible !


La calendrier de l'euro, au format "poche", avec les dates et heures de chaque match, est disponible au local UNSA (bureau situé juste après le local du Comité d'entreprise).

N'hésitez pas à venir en chercher un et bon euro à toutes et à tous !