mercredi 7 septembre 2016

Jackpot

Hier, lors d'une réunion du Comité d'entreprise, un dossier d'acquisition d'une  "fintech" a été présenté.
Nous nous sommes engagés à garder un minimum de confidentialité, donc nous nous abstiendrons de dire quoi que ce soit qui puisse permettre d'identifier la société.
Toutefois, cela ne nous empêche pas de dire ce que nous en pensons !

Sur le principe, tout d'abord, acheter une startup créée en 2014 et qui à ce jour réalise des pertes environ trois fois supérieures à son chiffre d'affaires, est un investissement pour le moins risqué.

Ensuite, les montants indiqués dans le dossier présenté au Comité d'entreprise font état d'une valorisation qui équivaut à 137 fois le chiffre d'affaires et 1000 fois le capital social...

Enfin, cerise sur le gâteau, le dossier présente le service commercialisé par cette société comme "un facteur différenciant en l'absence de toute solution concurrente à ce jour". Or, une recherche rapide sur Internet montre que non seulement des solutions concurrentes existent depuis plusieurs années, mais qu'en plus certaines d'entre elles sont gratuites !

Comment en est-on arrivé là ? Tout simplement parce qu'un autre groupe semble s'être positionné sur le rachat de cette "fintech" et qu'un dossier a été monté à la va-vite pour faire une offre, visiblement sans véritable étude préalable.

Dire que nous ne sommes pas convaincus par ce dossier serait un euphémisme et l'avis rendu à l'unanimité par le CE a d'ailleurs été négatif. Malheureusement, cela n'empêchera pas nos dirigeants de réaliser cette acquisition, comme celle de meilleurtaux.com en d'autres temps...

L'avenir nous dira si les 2,8 millions d'euros investis constituent un bon investissement. En revanche, il est probable qu'il s'agit d'une très bonne affaire pour les actionnaires minoritaires de cette société (dont un dirigeant du MEDEF), bien contents de récupérer  au bout de 2 ans 2,8 M € pour une  mise de départ de 3 000 € !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire