lundi 6 novembre 2017

CET et PERCO-I : action discrète mais efficace de l’UNSA BPCE



Vous avez peut-être remarqué les différences apportées cette année dans la gestion des transferts de jours sur le CET, et par répercussion dans la gestion des transferts de jours du CET vers le PERCO-I.

Pour faire simple, d’une part nous avons vu apparaître cette année une étape de validation* par les n+1 des transferts de jours sur les CET, ce qui n’était pas le cas les années précédentes.

D'autre part, l’information concernant le calendrier de ces transferts a été réduite à sa plus simple expression. Par exemple, seuls les salariés ayant déjà effectué des transferts de jours sur leur CET ont été informés de la possibilité de verser tout ou partie de ces jours sur leur PERCO-I. Pour les autres, aucune information. Alors qu’en 2016 et 2015, des messages à tous avaient été adressés par la DRH aux salariés pour les informer de l’ouverture de la « campagne » PERCO-I.
Conséquence : bon nombre de salariés souhaitant effectuer fin 2017 des transferts vers leur CET en vue d’alimenter leur PERCO-I, ne pouvaient plus le faire, compte tenu des délais imposés.

Tout ceci n’était pas conforme à l’esprit de l’accord signé en octobre 2010.
L’UNSA BPCE est donc intervenue auprès de Catherine HALBERSTADT et Philippe BAILLY.

Résultat : la DRH a adressé un message à tous le 27 octobre pour informer les salariés de la possibilité de transférer des jours vers leur CET, et de leur CET vers les PERCO-I, et les délais pour ces versements ont été prolongés.

Voilà comment, sans tract, sans procédure, sans faire appel à une autorité extérieure, l’UNSA BPCE fait respecter les droits des salariés.



* Cette validation est purement formelle et a vocation à faire en sorte que le n+1 soit informé. En aucun cas, la "demande" de transfert de jours sur votre CET ne peut être refusée. Et si jamais cela se produisait... venez nous voir ! 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire