mercredi 22 novembre 2017

Tract de l'UNSA BPCE International

UN GROUPE MUTUALISTE, C’EST QUOI ? CHRONIQUE D’UNE MORT ANNONCEE !

Le Conseil de surveillance de BPCE du 07 novembre dernier a validé l’orientation
stratégique prise un mois plus tôt à Seattle. Une orientation n’est pas une décision nous martelait-on depuis ! Effectivement, mais la finalité reste la même : le Groupe BPCE
recherche aujourd’hui officiellement un « partenaire » acheteur pour son réseau africain ;
une fois cette cession conclue, les banques du Pacifique seront cédées en intragroupe pour
aboutir à la fermeture pure et simple de BPCE International !


BPCE sonne ainsi le glas quant à l’avenir de BPCE International !
Après avoir « dépouillé » BPCE International de ses activités les plus rentables, au prétexte
de développer l’international par l’acquisition de nouveaux établissements sur le continent
africain - acquisitions qui n’ont jamais eu lieu d’ailleurs – le transfert, au profit d’une maison-mère du groupe, de nos filiales et de notre portefeuille crédits Outre-mer zone euro, a
conduit BPCE International à afficher des résultats qui ont ainsi facilité l’orientation adoptée
par le Conseil de surveillance de BPCE.


Pour rappel, ce transfert des filiales et du portefeuille crédits Outre-mer, âprement négocié

par la Direction de BPCE International, au mépris des experts qu’elle avait sous la main, a
conduit à la signature d’une convention, peu avantageuse, pour BPCE International et ses
salariés. Au-delà de la perte d’un portefeuille rentable qu’ils avaient largement contribué à
développer et valoriser, ce transfert s’est soldé par une perte globale de 5,1 millions d’euros.

Soyons rassurés, les négociateurs de cette fructueuse opération ont bénéficié de généreuses primes !
Puis plus récemment, le coup d’arrêt brutal de l’accès de nos filiales bancaires au
refinancement interne auprès de BPCE, a ralenti leurs activités de crédit. Certaines ne sont
plus aujourd’hui en mesure d’honorer leurs engagements.

La solidarité n’est pas dans l’ADN d’un groupe mutualiste, nous explique-t-on !
Ni en matière financière, Ni en matière sociale, ou du moins c’est l’orientation qui semble être prise !
Face à nos inquiétudes quant au devenir des collaborateurs de BPCE International, la
Direction nous indique que BPCE, notre maison mère, n’envisage pas de réintégrer les
équipes en son sein... chaque établissement du groupe a ses propres problématiques en
matière de RH...

Ironie de l’histoire, une place, qui ne devait être que provisoire, a été trouvée chez BPCE, au DG de BPCE International, débarqué il y a tout juste un an.

Mais soyons rassurés, BPCE International et ses salariés sont sauvés... un cabinet de
reclassement d'accompagnement en ressources humaines, va les aider à fermer la filiale de
BPCE qui nous emploie.

Les prochaines semaines seront déterminantes,
nous ne laisserons pas notre actionnaire, BPCE, nous condamner !
RESTONS TOUS MOBILISES !









Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire