jeudi 29 mars 2018

Tract de nos collègues de BPCE International


ON NE VOUS DIT PAS TOUT…
Lors de la réunion du Comité d’entreprise du 23 mars 2018, la Directrice du Pôle RH et Coverage et la DRH ont présenté aux élus l’ensemble des outils qui seraient mis en place dans les prochains jours « dans le cadre de l’Accord GPEC du Groupe BPCE ».
Pour cela, la Direction a décidé d’installer dans nos locaux le cabinet Alixio (et d’autres prestataires spécialisés) dont la mission consistera à « accompagner individuellement et collectivement » les collaborateurs afin de les aider à revoir leur CV et à préparer leurs entretiens dans le but de favoriser une mobilité Groupe.
Evidemment, les mesures envisagées par la Direction vont au-delà de l’Accord GPEC Groupe qui est ici complètement dévoyé car cet accord ne prévoit pas la gestion des salariés en cas de cessation d’activités et s’inscrit encore moins, dans le cadre légal qui s’impose à ce type de situation.
QUE SE CACHE-T-IL DERRIÈRE DE SI BONNES INTENTIONS ??
A ce jour, la Direction n’a fait preuve d’aucune transparence sur ce qui a pu être fait en matière de mobilité. Le marché de l’emploi intragroupe est un VÉRITABLE MARCHÉ NOIR…sous menaces et contraintes pour ce qui concerne BPCE International.
La Directrice du Pôle RH et Coverage a d’ailleurs admis en séance du Comité d’entreprise qu’elle recevait directement des offres d’emplois en « off » qu’elle proposait ensuite à des personnes qu’elle avait identifiées…mais comment procède-t-elle à cette identification ? Qui bénéficie de sa grande générosité ? Comment départage-t-elle les salariés ?
Le mode de fonctionnement de notre Direction des Ressources Humaines, et plus globalement de BPCE International n’est qu’une mascarade. Un simple écran de fumée…pour ne pas négocier un PSE.
STOP À L’ENFUMAGE !
Alors qu’au mois d’octobre 2017, BPCE International comptait encore 150 collaborateurs, il semblerait que les effectifs soient passés sous la barre des 100.
En-deçà de 50 collaborateurs, plus d’obligation de mettre en place un PSE !
Est-ce que la Direction n’essaie pas d’enterrer au plus vite le PSE ? La Direction pourra alors procéder à des licenciements pour motif économique et sans PSE, nous n’aurons que nos yeux pour pleurer et nous lamenter sur les promesses du Président du Groupe.
Pour éviter cette situation, vos élus ont refusé les modalités de mise en œuvre des mesures proposées par la Directrice du Pôle RH et Coverage et sa DRH, tout en rappelant que la priorité est bien évidemment de reclasser tous les salariés qui souhaitent rester dans le Groupe
OUI A DES MESURES DE RECLASSEMENT ET D’ACCOMPAGNEMENT AVEC LES GARANTIES QU’OFFRENT LE CADRE LEGAL DU PLAN DE SAUVEGARDE DE L’EMPLOI !
Nous, élus, avons donc demandé que ces mesures soient intégrées au PSE qu’il convient de négocier sans attendre. Ainsi, les salariés auront connaissance de l’ensemble du dispositif et des moyens matériels et financiers qui seront mis en œuvre dans le cadre de la cessation d’activités et pourront alors envisager l’avenir.
RESTONS ATTENTIFS ET MOBILISÉS POUR NOTRE AVENIR !
REPRENONS NOS ACTIONS COLLECTIVES POUR NOUS FAIRE ENTENDRE !
LA DIRECTION SE MOQUE DE NOUS TOUS !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire