lundi 2 avril 2018

Poisson pas très frais (pour cause de jour férié)


François Pérol se lance dans une carrière d’humoriste !


La nouvelle est tombée ce matin : notre Président abandonne la banque pour se lancer dans une carrière artistique ! Aussi surprenante que soit cette nouvelle, certains avaient pu constater le plaisir grandissant que François Pérol prenait à s’adresser aux salariés de BPCE et du Groupe au travers des B » Friday Noon Meeting et des conventions. On avait remarqué son amour des petites blagues  dont avaient été victimes récemment les organisations syndicales sur les sujets des augmentations de salaires (« pour signer, il faut être deux )», ainsi que son goût pour le « chambrage », dont notre DRH se souvient certainement, après avoir fourni une réponse assez vague sur une question relative à l’intéressement… Mais fini l’amateurisme, François Pérol a décidé de lancer sa carrière en faisant appel aux plus grands.
Un one man show en préparation avec Gad Elmaleh : je rêve d’une banque…          L’humoriste avait déjà fait forte impression avec ses publicités pour le Crédit Lyonnais, mais cette fois il va pouvoir se lâcher sur le thème de la banque. Nous avons pu mettre la main sur quelques extraits des textes du futur spectacle, ça promet. « Je rêve d’une banque digitale, sans salariés en CDI et sans organisations syndicales, avec uniquement des prestataires externes corvéables à merci et des free-lance payés à la tête du client»… « Je rêve d’une banque dont le patron pourrait sans problème doubler son salaire fixe sans que ça se sache et surtout ne rien verser aux salariés digitalisés »…  « Je rêve d’une banque non mutualiste  pour pouvoir faire tout ce que je veux comme je veux »…  Nul doute que les spectateurs seront pliés en deux de rire !
Avec Elie Semoun, des petites annonces
Là aussi, nous avons bénéficié de quelques fuites concernant les saynètes en préparation. L’une d’entre elles, concernant le recrutement de talents digitaux dans une entreprise interdisant le télétravail, s’annonce (c’est le cas de le dire) désopilante ! Une autre mettrait François Pérol en scène dans le rôle d’un DRH cherchant des salariés volontaires pour un départ de l’entreprise, avec des indemnités « low-cost » : à mourir de rire.
Avec Les Nuls, des fausses publicités en préparation
On connaissait le chien qui parle, dans les publicités pour le Crédit Mutuel… Là, il va être question de Fidor, une nouvelle banque en ligne dont on peut se demander si elle ne sera pas incarnée, compte tenu de son nom, par un personnage quelque peu canin. On imagine déjà tous les bons mots, toutes les accroches qui pourront être trouvées : Fidor, l’épargne qui rapporte !  Fidor, la banque qui se donne un mal de chien pour satisfaire son maître ! Fidor, la banque qui est la meilleure amie de l’homme ! Quand on connaît le succès des vidéos d’animaux sur internet, le résultat semble garanti.

Au revoir, Président…
En interne, c’est la consternation. Après le départ inopiné de Marguerite Bérard Andrieu, c’est donc au tour de François Pérol de quitter le navire. On se demande déjà qui pourrait le remplacer.  Mais si un président de banque peut se lancer dans une carrière d’humoriste, pourquoi ne pas recruter un humoriste pour diriger BPCE ? Au moins, cela contribuerait à améliorer la « Qualité de Vie au Travail » : à défaut d’être augmentés, si au moins on rigole bien,  ce sera déjà ça…


                                                                        

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire