mardi 16 octobre 2018

Encore une manif devant BPCE !

Cela devient une triste habitude...

Après le rassemblement des salariés de BPCEI en décembre dernier, c'est au tour des salariés du Crédit Foncier de se mobiliser mercredi à 15h, avant le rendez-vous prévu de leurs représentants du personnel avec Laurent Mignon.

Après demain, ce sera peut-être le tour des salariés des filiales SFS de Natixis (rappelons que des assemblées générales du personnel ont déjà eu lieu à Caen et à Charenton) ou, pourquoi pas, des salariés de Fidor qui, si on en croit l'AGEFI, serait sur le point d'être vendue !

N'en déplaise à la direction, les salariés ne se laissent pas faire.

Pour votre information, voici le tract de l'intersyndicale du Crédit Foncier. Si le coeur vous en dit, car après tout vous êtes vous aussi concernés (indirectement pour l'instant, mais sait-on jamais...), pourquoi ne pas venir faire un petit tour devant BPCE Avant Seine, entre 15h et 17h, par solidarité avec vos collègues du Crédit Foncier ?






                               
ÇA SUFFIT ! MOBILISONS NOUS !


Au travers de ses lettres d’information et dans sa communication auprès de nous, la Direction :


  • A annoncé accepter de s’inscrire dans le projet alternatif que nous avons présenté dès le début des négociations
  • N’arrête pas de fixer des dates limites pour signer un accord (15 octobre puis 19 octobre) faute de quoi nous reviendrions à la case départ
  • Indique avoir répondu favorablement à plusieurs de nos demandes et bonifié significativement certaines mesures d’accompagnement



Quelle est la réalité ?
  • Oui la Direction s’inscrit à présent, sur le principe, dans notre projet, mais y insère la majeure partie de son projet initial et élude nos propositions majeures !!!
  • Nous avons toujours déclaré être prêts à signer un accord rapidement si le projet avançait dans le bon sens et que la Direction était prête à faire les efforts nécessaires. A ce jour nous sommes loin du compte.
  • Oui c’est vrai certaines de nos demandes ont été intégrées et des mesures bonifiées. Reste à expliciter le terme « significativement ». Nous n’en avons visiblement pas la même analyse….. 


 
La Direction annonce régulièrement avoir fait ses dernières propositions et ne pouvoir aller plus loin et « menace » de revenir à ses propositions initiales si nous ne parvenons pas à un accord sur ces bases.


 

Pour nous tout cela est parfaitement inadmissible :


  • Où est la « qualité » du dialogue social tant vanté à coups de slogans mais qui se heurte à une réalité bien plus prosaïque : chantage, pression, culpabilisation, infantilisation,…. ?
  • Où est la sécurisation du processus de repositionnement interne quand on n’accepte même pas-entre autres-une « période d’adaptation » dans leur nouveau poste pour les salariés dont le poste est supprimé ? A-t-on oublié que depuis le 26 juin, « on » a décidé de bouleverser l’avenir de 2.000 collègues et de leurs familles qui vont perdre, à court ou moyen terme, leur travail actuel et tous leurs repères d’entreprise ? Ou considère-t-on qu’après tout, cela n’est pas si grave puisqu’on donne un « emploi » à chacun (si tant est qu’il existe)…. Pense-t-on avoir affaire à des pions ou des personnes ?
  • Où sont les mesures d’accompagnement « significatives » ? Nous vous laissons juges de leur niveau compte-tenu de la nature du projet et de la taille et des résultats d’un groupe comme BPCE…..
Ça suffit ! Le moment est venu de vous faire entendre !
 

L’Intersyndicale a pris rendez-vous avec Laurent MIGNON le 17 octobre à 17H00 au Siège de BPCE.


Nous avons besoin de votre soutien pour faire avancer nos propositions et il est nécessaire que nos Dirigeants prennent conscience de votre colère.


 


TOUS A BPCE LE 17 OCTOBRE A 15H !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire