jeudi 29 novembre 2018

Diapason : dernière ligne droite pour ne pas répondre !

Nous nous serrions bien passés de toutes ces publications répétitives sur le thème du boycott... d'autant qu'il y a des sujets plus importants à traiter actuellement.


Malheureusement, nous sommes bien obligés de tenir compte des relances incessantes et des pressions exercées par la direction pour obliger les salariés à répondre à cette enquête.


Que penser en effet d'un manager qui, en réunion, demande à ses collaborateurs de s'exprimer sur le sujet et de dire s'ils ont répondu ou non ?


Ces pratiques inqualifiables doivent cesser. Vous n'avez pas à répondre, pas plus aux questions de votre n+1 ou n+2 qu'à l'enquête elle-même.


Si vous avez fait l'objet de pressions de ce genre, surtout venez nous voir !

lundi 26 novembre 2018

Diapason : prolongation jusqu'au 1er décembre... mais de quelle année ?

Si vous faites partie (comme on l'espère !) de la large majorité des salariés de BPCE qui n'ont pas répondu à l'enquête Diapason, vous avez reçu hier (lundi) une n-ième relance vous incitant à répondre, jusqu'au 1er décembre.


Mais Diapason devait se terminer le 27 novembre (vous pouvez vérifier en vous reportant au message de la DRH du 15 novembre).


La direction, face au boycott, a donc demandé à  Ipsos de prolonger la période de l'enquête de quelques jours... voire beaucoup plus, car le message envoyé mentionnait le 1er décembre, sans préciser s'il s'agissait de cette année !


Mais peu importe. 1er décembre, 15 décembre, de cette année ou d'une autre... la volonté des salariés de BPCE d'envoyer un message de "ras-le-bol" à la direction semble très claire, et ce ne sont pas les relances répétées qui y changeront quoi que ce soit.


Plus que jamais, ne cédez pas aux pressions. Et si quelqu'un vient vous voir pour vous inciter à répondre, dites-lui simplement "mais c'est déjà fait" !

DIAPASON : BOYCOTT

jeudi 22 novembre 2018

Banque Populaire Val de France : l' UNSA creuse l'écart !

Bonne nouvelle : l'UNSA conforte sa première position à la BPVF, avec 10 des 22 sièges du CSE (contre 4 des 10 sièges de l'ancien CE) et une représentativité de 44,28% ! 
2ème : CFDT (5 sièges)
3ème : SNB (4 sièges)
4ème : FO (3 sièges)

mardi 20 novembre 2018

Relance Diapason par Ipsos : nos commentaires (en rouge)


Bonjour,

Si vous avez déjà répondu à l'enquête, merci de ne pas tenir compte de cette relance. Et si vous n'avez pas répondu... merci de ne pas en tenir compte non plus !
Dans le cadre du baromètre Diapason, vous avez reçu il y a quelques jours un message vous invitant à répondre au questionnaire en ligne. En plus d'un message de la DRH, d'un passage de votre n+1, d'un mail de votre n+2, des articles sur l'intranet, des affiches sur les ascenseurs...

Votre participation est la clé du succès de cette enquête. Là, au moins, on est bien d'accord...Chacun de vous peut exprimer de façon libre et individuelle sa perception et ses attentes concernant son métier, son cadre de vie professionnel et son adhésion à la stratégie de l'entreprise et à celle du groupe. Et bienvenue dans le monde des bisounours.

Moins de quinze minutes suffisent pour répondre au questionnaire. Et moins d'une seconde suffit pour effacer ce message etr ne pas répondre !
En cliquant sur " Je réponds " vous acceptez de participer à l'enquête dans les conditions détaillées en fin de ce message.



Ah, si seulement il y avait un bouton "Arrêtez de m'emm......" !

En cas de difficulté, copiez le lien suivant dans la barre d'adresse de votre navigateur Internet (Internet Explorer, Firefox ou Google Chrome) : https://www.fw.ipsos.com/wix/p24039971.aspx?r=19338&s=NUMTADBX

Le lien vers votre questionnaire est strictement personnel et ne doit pas être transmis à un(e) collègue.

Vous pouvez à tout moment interrompre le questionnaire et le reprendre ultérieurement. Surtout l'interrompre !

Ipsos garantit l'anonymat et la confidentialité de vos réponses, qui seront traitées uniquement sous forme statistique. Ipsos, oui... mais BPCE ?

Nous vous remercions par avance pour votre participation. Vous pouvez répondre à l'enquête jusqu'au 27 novembre. Et après, vous serez tranquille pour deux ans, ouf  !!!

L'équipe Ipsos en charge de l'étude pour l'enquête Diapason


lundi 19 novembre 2018

Diapason : plus qu'une semaine pour... ne rien faire !

Diapason sur l'intranet, Diapason devant les ascenseurs, Diapason sur les écrans partout dans BPCE, Diapason relancé par Ipsos, Diapason relancé par mail par certains managers (ou par toute autre moyen)...  La Direction ne sait plus quoi faire pour vous forcer la main, n'hésitant pas à aller parfois jusqu'à l'intimidation.

Vous en avez assez ? Nous aussi !   Car il y a des sujets plus graves à traiter actuellement (Fidor, BPCE International, le Crédit Foncier, le projet SFS)... mais on a l'impression que pour la direction, l'enjeu prioritaire, c'est Diapason. Alors que des centaines, et même des milliers de salariés du groupe sont aujourd'hui concernés par le revirement brutal de stratégie de BPCE.

Par chance, dans une semaine, Diapason sera terminé. On n'imagine pas, en effet, que la direction puisse prolonger la période initialement prévue pour répondre à l'enquête, n'est-ce pas ? Ce serait un terrible aveu d'échec !

Tenez bon, ne cédez pas aux pressions. Vous êtes protégé(e) par l'anonymat de l'enquête et personne ne saura si vous avez répondu ou pas. Et si jamais quelqu'un osait vous dire le contraire... venez nous en parler !


DIAPASON : BOYCOTT



jeudi 15 novembre 2018

Tout ce qu'on ne vous demande pas dans Diapason

Dans Diapason, on ne vous demande pas si vous aimez ou non les open spaces à la mode startup.

Dans Diapason, on ne vous demande pas si vous en avez assez des réorganisations à chaque fois qu'un nouveau membre du comité exécutif est nommé.

Dans Diapason, on ne vous demande pas votre avis sur BPCE International, sur le Crédit Foncier et encore moins sur Fidor.

Dans Diapason, on ne vous demande pas si vous trouvez normal que le groupe, d'un jour à l'autre, fasse un revirement stratégique à 180 degrés.

Dans Diapason, on ne vous demande pas votre avis sur la politique sociale de votre entreprise, sur l'échec des NAO (Négociations Annuelles Obligatoires) l'an dernier et l'absence d'augmentations collectives depuis plusieurs années.

Dans Diapason, on ne vous demande pas ce que vous pensez de la dramatique dégradation en matière d'égalité homme / femme.

Dans Diapason, on ne vous demande pas si vous voulez du télétravail.
Mais à quoi sert Diapason, alors ?
A rien, à notre avis... Alors pourquoi répondre ?
La seule chose qui intéresse la direction, c'est le taux de réponse, pour ne pas apparaître comme le plus mauvais élève du groupe, puisque Diapason se déroule dans toutes les Banques, toutes les Caisses et chez Natixis ! Vous savez donc ce qu'il vous reste à faire... 



mardi 13 novembre 2018

Diapason : vous aussi, pratiquez la rétention d'information !

Chacun son tour ! Puisque la direction refuse de communiquer les résultats des différentes enquêtes (Diapason par direction, enquête SPRIM sur la Qualité de Vie au Travail), refuse également de communiquer à l'expert du CE des données qui étaient pourtant fournies depuis de nombreuses années dans le cadre de la consultation sur la politique sociale de l'entreprise...faites de même en refusant de répondre à l'enquête Diapason !

Nous le savons, la direction utilise tous les moyens possibles et imaginables pour vous inciter, voire vous forcer, à répondre.

Après avoir recruté des hôtesses pour distribuer un flyer à l'entrée le jour du lancement de l'enquête, placardé des affiches devant les ascenseurs, communiqué sur l'intranet, mobilisé les managers... voilà qu'elle fait monter la pression.

Les premiers taux de réponse seraient-ils mauvais ? Déjà, en effet, certains managers approchent leurs collaborateurs pour les inciter à répondre. Nous avons même un mail de ce genre provenant d'un n+2... et hier, une relance a été adressée par IPSPOS !

Panique à bord, on dirait ! Mais tenez bon et continuez... à ne rien faire :)



mercredi 7 novembre 2018

Télétravail : on va peut-être passer la seconde !

L'accord signé par l'UNSA BPCE en juillet 2017 sur les conditions de travail (également signé par la CFDT et la CFTC) avait lancé un pilote de télétravail pour une période d'un an.


Cette période est maintenant terminée, et une négociation vient de s'ouvrir afin de généraliser le télétravail.


C'est une exellente nouvelle pour celles et ceux, nombreux(ses), qui attendaient avec impatience la possibilité de bénéficier du télétravail, d'autant plus que ces négociations se déroulent dans un contexte favorable, avec le transfert à BPCE SA de 5 métiers du pôle SFS.


L'UNSA BPCE a notamment demandé pour la généralisation du télétravail, que la limitation à 10% de l'effectif en télétravail pour un même service, ainsi que la nécessité d'un certificat de conformité des installations électriques, soient abandonnés. Cette demande semble avoir été entendue.


D'autres modalités, importantes, restent à négocier, notamment eu égard aux collaboateurs de Natixis qui doivent rejoindre prochainement BPCE, et qui bénéficient à ce jour de l'accord Natixis de télétravail.


L'UNSA BPCE veillera à ce que les salariés actuels de BPCE, comme ceux qui doivent le devenir prochainement, soient gagnants avec cet accord.

Diapason : la direction ne recule devant aucun sacrifice !

Etait-ce prévu depuis le départ ? Ou bien est-ce une réponse à notre tract lançant le boycott ?


Mardi matin, des hôtesses distribuaient des tracts (la direction appelle ça des flyers, mais cela revient au même) pour vous inciter à répondre à l'enquête Diapason !


Est-il besoin de le préciser ? Ces hôtesses n'étaient pas là à titre gratuit...


En tout cas, une chose est claire : le taux d'abstention (ou de réponse, selon le côté duquel on se range) est un enjeu pour la direction.


Alors si vous voulez faire passer un message d'insatisfaction, de mécontentement, de protestation, d'incompréhension, inutile de répondre à une enquête dont la direction connaît déjà les résultats...


DIAPASON : BOYCOTT !

lundi 5 novembre 2018

Diapason : il vous reste 22 jours pour... ne rien faire !

Relisez bien le message reçu de la DRH, tout est déjà joué : "les collaborateurs auront l’opportunité d’exprimer librement, individuellement et directement leurs sujets de satisfaction"... il faut quand même oser écrire une telle énormité !


Donc si vous êtes content(e) de votre sort, n'hésitez pas à l'exprimer librement !
En revanche, si vous êtes mécontent de vos conditions de travail (open spaces...), si vous voulez du télétravail, davantage d'autonomie et de responsabilités, si vous  comprenez mal que la stratégie d'aujourd'hui soit devenue l'inverse de la stratégie d'hier et que vous avez du mal à y adhérer (ce qui est assez normal pour quelqu'un ayant un minimum d'esprit logique et critique)... alors vous pouvez donc vous abstenir de participer à Diapason.

Ca tombe bien, c'est ce que nous vous proposons !


Ne rien faire peut parfois être un acte fort... alors faites passer à vos voisins de bureau, collègues, amis, ce mot d'ordre simple :


DIAPASON : BOYCOTT

dimanche 4 novembre 2018

Important : votre pouvoir d'achat est concerné !

Un amendement au projet de loi de financement de la Sécurité Sociale, propose de taxer les "avantages et cadeaux fournis aux salariés par les Comités d'entreprise".


Cette mesure, si elle était adoptée, prendrait effet au 1er janvier 2019 et impacterait très fortement les budgets des Comités d'entreprise, ce qui se traduirait pour la plupart des salariés par une baisse de leur pouvoir d'achat.

Nous vous proposons de signer la pétition accessible par le lien ci-dessous, qui a été lancée par les professionnels du voyage, eux aussi directement impactés par cette mesure.





https://www.change.org/p/g%C3%A9rald-darmanin-contre-la-taxation-des-aides-aux-vacances-des-comit%C3%A9s-d-entreprise




Pour vous faire votre opinion concernant cet amendement, voici trois articles que vous pouvez consulter.


https://www.valeursactuelles.com/societe/les-cheques-vacances-du-ce-bientot-taxes-100410


https://www.lejdd.fr/Politique/cheques-vacances-tickets-restaurant-les-aides-de-votre-comite-dentreprise-vont-elles-etre-taxees-3792260


https://www.capital.fr/economie-politique/les-aides-du-comite-dentreprise-pourraient-devenir-imposables-1314016